La ville intelligente au service du citoyen

Mercredi 15 avril 2015 Amphithéâtre Becquerel, Ecole Polytechnique, Palaiseau

Coordination scientifique:

  • David Menga (EDF)
  • Anne-Céline Lamballe (INRIA)

Partenaires:

Introduction

Avec le rechauffement climatique, l’urbanisation maîtrisée sera le grand défi du 21ème siècle.

En 2050, les 3/4 des habitants de notre planète vivront en ville.

Avec à la clé d’énormes problèmes en termes de logement, d’énergie, de transport, de gestion des déchets et de pollution.

Les villes intelligentes (Smart Cities) se caractérisent par leur développement économique durable et une qualité de vie élevée pour leurs habitants, à travers l’excellence dans les domaines suivants : l’économie, la mobilité et les transports, les bâtiments, les services urbains et la gouvernance, l'environnement.

Ces domaines reposent de plus en plus sur la mise en œuvre les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Les méthodes numériques permettent d’observer, de modéliser, de simuler, et de recommander des choix au niveau des réseaux mais aussi des services. Elles permettent la convergence d’informations autrefois séparées, et elles impactent l’aménagement des agglomérations en créant de nouveaux pôles de mobilités et de connectivités. Par ailleurs elles permettent aussi de donner des outils pour analyser les besoins ou développer des communautés d'usages de façon spontanée. Ces deux approches “centralisée” vs “décentralisée” qui peuvent sembler par nature opposées sont en fait complémentaires et permettront d'enrichir le terreau des innovations par des fertilisations croisées.

Plusieurs tendances émergent déjà :

  • l’évolution des analyses statiques vers la mise en place de prédictions dynamiques avec des données croisées pour intégrer l’énergie, les bâtiments, le transport, la météo et les gestions de crises dans les planifications urbaines, leur gestion quotidienne et l’analyse de leurs impacts.
  • l’utilisation croissante des smartphones comme capteurs urbains, qui se retrouve dans les tendances de « crowd-social-sourcing » pour développer des applications citoyennes, ou les sites collaboratifs qui sont poussés par les solutions proposant des économies de partage.
  • la transition du “consommateur capté au citoyen capteur” qui s’approprie les instruments technologiques de mesure et les données produites pour réduire la facture énergétique et l’empreinte environnementale, dans une logique de mieux vivre individuel et collectif.

Ce séminaire se veut une approche pragmatique de ce sujet complexe, transversal.

Le matin, nous essaierons de développer les problématiques de la ville intelligente, de matérialiser les défis à relever.

L’après midi, nous explorerons les diverses propositions technologiques et non technologiques visant à apporter des éléments de réponse aux questionnements de la ville intelligente.

Programme & Slides

8h45-9h20 Accueil café
9h20-9h30 Anne-Céline Lamballe (INRIA)
David Menga (EDFLab)
Introduction
9h30-10h15 Ronan Pichon (Brest Métropole) Brest, une métropole ouverte, solidaire
10h15-10h45 Claude Rochet (CERGAM) La ville intelligente : un défi tout aussi politique que technique smac-slides_rochet.pdf
10h45-11h15 Pause café
11h15-11h40 Olivier Scheffer (X-TU Architectes) Vers un écosystème urbain durable ? Applications et recherche en architecture biomimétiquesmac-slides_scheffer2.pdf
11h40-12h05 Philippe Audubert (FUL SAS) Développer l'agriculture là où ce n'est pas possible
12h05-12h30 Collectif CitizenWatt Pour une culture de l'énergie smac-slides_allard.pdf
12h30-14h00 Buffet
14h00-14h30 Hervé Rivano (INRIA) Les réseaux pour la ville intelligente smac-slides_rivano.pdf
14h30-15h00 Jean-Marie Bahu et Enrique Kremers (EIFER, Karlsruhe) La simulation spatiale pour les villes intelligentes smac-slides_bahu-kremers2.pdf
15h00-15h30 Fabrice Carbonel (Bosch France) Les solutions de Bosch pour la ville connectée
15h30-15h45 Pause café
15h45-16h15 Nicolas Guy (Soyhuce) Les services pour les citoyens smac-slides_gui.pdf
16h15-16h45 Frédéric Villain (Demand Side Instruments) Une approche « Lavoisière » au service du futur Villageois-Urbain smac-slides_villain.pdf
16h45-17h15 Thomas Houdaille (Thecamp) Le campus d’innovation et de prospective, ville intelligente & durable : “thecamp” smac-slides_houdaille.pdf
17h15-17h30 Conclusions, fin du séminaire smac-slides_lamballe.pdf

Résumés des présentations

Ronan Pichon (Brest Métropole) Brest, une métropole ouverte, solidaire

La métropole brestoise, a de longue date, une politique d'accompagnement de l'ensemble de ses habitants dans l'accès aux outils numériques et l'accompagnement de leur appropriation. Depuis la création de nombreux points d'accès public à l'internet, une politique de médiation des usages du numérique soutenue, l'accompagnement de sites contributifs, l'accès à internet en habitat social jusqu'au soutien aux fablabs et à la fabrication numérique.

Ces élément concourent à faire de Brest métropole un territoire privilégié pour le développement des activités numériques.

Claude Rochet (CERGAM) La ville intelligente : un défi tout aussi politique que technique

La ville intelligente - smart city - n’est pas une collection de « smarties » mais réside dans le développement de compétences d’architecture des systèmes complexes qui ne sont pas encore développées à ce jour, ni parmi les entreprises, ni encore moins chez les concepteurs publics. Ces compétences sont pour partie techniques, mais du fait de la puissance des technologies numériques, elles sont fondamentalement politiques pour décider ce que seront les systèmes de vie dans la ville intelligente et garder le contrôle sur la technologie.

Olivier Scheffer (X-TU Architectes) Vers un écosystème urbain durable? Applications et recherche en architecture biomimétique

Avec 3% de citadins en 1800 et 70% attendus en 2050, l'hyper-urbanisation est un phénomène majeur de notre époque, avec son lot de bienfaits - comme, d'après l'ONU, le progrès économique et social, la créativité, l'innovation technologique, voire la responsabilité démocratique - mais également son lot de défis tant pour la santé de l'homme que celle de l'environnement. En effet, absorbant 75% des ressources de la planète et rejetant 75% des gaz à effet de serre et des déchets, le fonctionnement linéaire actuel des systèmes urbains est en rupture totale avec les grands équilibres de la biosphère, et potentiellement auto-destructeur de notre propre civilisation “anthropocène” (Paul Crutzen), voire “Molysmocène” (“l'âge des déchets”, Marc Fontaine). C'est justement en se re-connectant au vivant, et en s'inspirant des systèmes naturels, qu'une voie de réconciliation entre ville et nature est aujourd'hui envisageable, dans une démarche dite “biomimétique”. Je tenterai de l'illustrer à travers trois projets à trois stades différents d'avancement: un bâtiment symbiotique en-cours de réalisation à Saint-Ouen, un nouveau système de façade active biologique en phase pilote, et un procédé exploratoire évolutionniste de formes architecturales performancielles en phase de recherche.

Philippe Audubert (FUL SAS) Développer l'agriculture là où ce n'est pas possible

Le projet FUL a pour objet la production végétale verticale en hydrologie en milieu confiné (inodore) sur des surfaces où l'agriculture n'est pas possible, en France et à l'étranger. En tant qu'outil à produire du végétal, le projet s'adresse au marché de la production programmée en milieu contrôlé, et à la distribution de produits végétaux.

FUL est l'interface entre des professionnels de la ville et des professionnels de l'agriculture ou de l'agro-alimentaire. FUL assemble et coordonne un réseau de partenaires leaders dans leurs domaines d'activités : agronomie/biologie des plantes, ingénierie urbaine, gestion commerciale/financière, design architectural, marketing, maîtrise de la grande distribution, bâtiment basse consommation, mécanique et robotique, cinétique.

CitizenWatt Pour une culture de l'énergie

Nous présenterons CitizenWatt, un projet initié par l'association Labo Citoyen - Citoyen Capteurs en partenariat avec la Mairie de Paris, le hacklab de l'École normale supérieure “hackEns” et le fablab “Fabelier”.

Il s'agit d'un outil de mesure en temps réel de la consommation électrique qu'il est possible de fabriquer soi-même à bas coût et qui se trouve déployé dans des foyers notamment en précarité énergétique.

Nous insisterons sur les dimensions socio-environnementales du projet tant au niveau du mode de la fabrication du capteur connecté sous le format “soudathon” que de l'apport d'une consommation électrique “data-driven” qui permet aux habitants de rester maîtres de leurs usages et de leur privacy.

Hervé Rivano (INRIA HDR) Les réseaux pour la ville intelligente

Nous ferons un tour d’horizon des enjeux de connectivité et de réseau les plus cruciaux pour la mise en oeuvre de villes intelligentes. En particulier, les questions de densité de population urbaine et de déploiement de capteurs, interrogent les architectures de communication à mettre en place et les modes de fonctionnements à privilégier. L’énergie consommée par les objets connectés et les infrastructures déployées est évidemment au coeur des questions auxquelles nous apporteront des éléments de réponse.

Jean-Marie Bahu et Enrique Kremers (EIFER, Karlsruhe) La simulation spatiale pour les villes intelligentes

La simulation et la maquette numérique de ville, outils d'aide à la décision dans le contexte de la ville intelligente : Afin de faire face aux enjeux environnementaux et urbains actuels, les villes ont un besoin croissant d'expertise multi-sectorielle. L'essort des technologies de l'information et de la communication dans l'espace urbain apporte aujourd'hui de nouvelles possibilités de gestion et d'analyse via des approches systémiques et multi-domaines. Dans ce cadre, la modélisation et la simulation de systèmes complexes, couplées à la maquette numérique de ville et ses atouts en termes de stockage, d'analyse et de visualisation de données, s'avèrent des outils pertinents pour l'aide à la décision urbaine.

L'intervention proposera une vue d'ensemble de plusieurs applications dans le secteur energétique illustrant l'apport de la simulation et de la maquette numérique de ville pour l'aide à la décision dans le contexte de la ville intelligente.

Fabrice Carbonel (Programme Monaco 3.0) Les solutions de Bosch pour la ville connectée

Le groupe Bosch détient une expertise reconnue dans les technologies associées à la ville connectée. Ces dernières années, le Groupe a développé sa vision d’un monde connecté en menant des recherches avancées dans le domaine de l’Internet des objets et des services, des capteurs intelligents, de la sécurisation des données et des infrastructures. Combinées aux compétences de Bosch dans la maîtrise de systèmes complexes, ces nouvelles technologies constituent une connaissance unique.

Ces expertises sont appliquées à l’ensemble des produits du groupe dans les différents domaines :

  • L’automobile avec les véhicules connectés, autonomes
  • L’industrie avec l’industrie 4.0 et le déploiement de nouveaux services comme la maintenance prédictive
  • Les biens de grandes consommations avec les applications sur l’électroménager connecté
  • Les services du bâtiment avec les caméras permettant de l’analyse d’images ou les chaudières connectées

Par ailleurs, le groupe a lancé une première coopération en juillet 2012 avec la Principauté de Monaco qui a pour but d’accompagner la Principauté de Monaco dans l’étude et la mise en place des technologies et des nouveaux services nécessaires à une ville connectée. Les différents domaines traités sont : la communication, l’énergie, la mobilité, la sécurité et la santé..

Cette coopération permet de mieux appréhender les attentes des différents acteurs et utilisateurs de la ville, mais aussi de mieux identifier les outils technologiques appropriés tout en tenant compte de la règlementation (normes) et de la réalité économique de ces applications.

Nicolas Guy (Soyhuce) Les services pour les citoyens

Est-il possible d'imaginer une smartcity sans “smartcitizen” ? Pour SoyHuCe, la réponse est non, car la finalité n'est pas la technologie mais l'usage et la valeur créée que peut apporter la ville intelligente.

Frédéric Villain (Demand Side Instruments) Une approche « Lavoisière » au service du futur Villageois-Urbain

En 2050, environ 70% de la population mondiale sera urbaine : la demande alimentaire devrait doubler, la consommation énergétique augmenter de 80% et l'approvisionnement en eau croître de 55 %… Des défis colossaux qui ne seront relevés qu'avec la planification de villes sobres et capables de synergies entre la consommation et la production, entre une approche locale et globale. «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme»

Demand Side Instruments a l’ambition d’aider ces sous espaces urbains à devenir des écosystèmes concentrés et intelligents afin de maximiser le partage des ressources et faire émerger de nouveaux modes de vie. Nous croyons que la ville de demain se bâtira autour de quartiers citoyens, véritables villages technologiques bâtis autour d’une technologie sobre privilégiant la réutilisation, le détournement et la maximisation des infrastructures urbaines primaires et existantes, tels que l’éclairage publique ou les réseaux de radio diffusion. Nous illustrerons cette approche par des exemples d’implémentation de gestion et de contrôle de l’eau, de la qualité de l’air et de l’énergie.

Thomas Houdaille (Thecamp) Le campus d’innovation et de prospective, ville intelligente & durable : “thecamp”

Thecamp, campus technologique, d’innovation, de prospective, d’expérimentation et de recherche dédié à la ville intelligente et durable. Thecamp propose un nouveau modèle de campus Privé / Public avec une quinzaine de grands groupes internationaux, l’Etat et les collectivités. Le campus, dont la livraison des 12 000 m2 de bâtiments sur 7 ha de pinède à Aix-en-Provence est prévue fin 2016, sera transdisciplinaire, transsectoriel, transculturel et transgénérationnel. Ce projet d'ambition internationale vise à réunir des talents du monde entier, étudiants, entrepreneurs, dirigeants et managers, experts et mentors, pour créer un écosystème fertile enrencontres, un lieu d'intelligence connectée, un lieu d'échanges et de confrontation des idées, un espace tout entier voué à la création et à l'innovation, à l'instar des campus américains qui l'ont inspiré.

Pour en savoir plus :

  • “The Creative City: A Toolkit for Urban Innovators”, Charles Landry , éditions Routledge 1995

Speakers, chairs, committee members

Fabrice Claude Nicolas Frédéric Philippe
Olivier Hervé Jean-Marie Frédéric Ronan
Thiên-Hiêp Régine David Anne-Céline Roland
public/seminaires/seminaire-2014-03-15.txt · Dernière modification: 2015/12/11 16:23 par lombard
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 Unported
www.chimeric.de Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0